Actualités

Jusqu’à quand vos points faibles vont vous limités?

Qu’est-ce-qui empêche une personne? Car certain arrivent à réaliser leurs rêves, tandis que d’autres sont toujours au même endroit?  Le manque d’argent, les conflits dans la vie sentimentale et les difficultés professionnels sont quelques problèmes qui peuvent conduire à la stagnation. Mais il y a aussi un autre motif qui empêchent le changement: la coutume. Celui qui s’accoutume à tout ce qui est mauvais passe ses journées dans un état de découragement et de désespoir. C’est comme si la personne était anesthésiée et ne peut plus voir la réalité. Elle s’habitue à l’humiliation, au manque et à tout type de problèmes

Mais comment dépasser une difficulté? Est-il possible de sortir du conformisme et de transformer la faiblesse en force? Dans une réunion à l’Universel, l’Evêque Renato Cardoso a donné une piste:“ L’homme fort reconnait qu’il a une faiblesse et fait quelque chose à ce propos afin de chercher de l’aide et se fortifier. Cependant l’homme faible ne connait pas ses faiblesses et en devient une victime ». Que ce soit, pour changer, il faut reconnaitre ses propres faiblesses. Mais plus que ça: il faut prendre une décision et agir.

Le Journal Universel (Folha Universel) a parlé avec des personnes qui ont eu des  grandes transformation de vie et elles garantisse que: la foi a été fondamental dans leurs trajectoires. L’Evêque Edir Macedo clarifie: “La foi des nés de Dieu est solide, établie solidement, fondée sur La Parole de Dieu. Ces personnes n’écoutent pas l’opinion des autres”, affirme, l’article posté dans son blog. Au lieu d’abandonner, elles réunissent des forces pour changer ce qui est dérangeant. Voici les détails de leurs histoires.

La Force de l’Autel

La foi a été un point de départ pour le changement de vie du couple des entrepreneurs Táitila et Vanderlei (Photo en dessous). Táitila qui a 33 ans, fut mère à 13 ans et est passée par des nombreux difficultés, incluants des problèmes familiaux, financiers et de dépréssion post-partum. Venant du famille modeste, Vanderlei, 42 ans, a commencé à travaillé dans les champs à 6 ans pour aider aux besoins de la maison. En recherche de travail, il a laissé ses parents à la campagne en Goiás et allé vivre seul à Brasília avec à peine 16 ans.

Malgré leurs point faibles, Táitila et Vanderlei ne se sont jamais conformés aux situations qu’ils vivaient. “J’avais une vie brisée, sans perspective. Je comptais des petites pièces pour acheter pain. Ma vie a commencé à changer lorsque j’ai compris que j’avais besoins de Dieu. Aujourd’hui, ma force vient de l’Autel”, révèle l’entrepreneuse.

Elle participe aux réunions de l’Universel depuis près de 15 ans. “A l’Universel, une flamme s’est allumée en moi. Je me suis rendue compte qu’il y avait deux chemins: continuer dans l’illusion ou me battre pour résoudre mes problèmes avec l’aide de la foi.” Táitila dit qu’elle a commencé à suivre les conseils donné dans les réunions. En peu de temps, elle a réussi à avoir un emploi dans le domaine administratif d’un concessionnaire.

Vanderlei, quant à lui, fréquente  les réunions de l’universel depuis près de 18 ans. A l’époque, il habitai à Minas Gerais et travaillait dans un restaurant.“Je travail au nettoyage, d’abord, j’ai été promu garçon et ensuite responsable.” Bien qu’étant employé, il avait le rêve d’ouvrir une boulangerie et une épicerie.

Vanderlei revele qu’il a trouvé dans la foi la force dont il avait besoin pour lancer l’affaire “Quand j’ai commencé à vivre de l’Autel, j’ai eu la certitude que Dieu était à mes côtés. Il m’a donné la direction d’investir dans l’affaire qui était mon rêve. J’ai vendu mes affaires à Minas et je suis rentré à Brasília”, détail-t-il.

Les vies Táitila et Vanderlei se sont croisés il y a 8 ans. La rencontré s’est faite après une décision de foi. “Je suis allée sur l’Autel à la recherche d’une bénédiction dans la vie amoureuse, je ne voulais plus commettre des erreurs”, dit-elle. A cette époque, Vanderlei avait une vie financière établie et avait une société dans différents supermarché, mais était séparé de sa première épouse. “Je me donnais beaucoup dans ma vie professionnel et je laissais la foi et la vie sentimentale de côté. Alors, je me suis décidé de changer et je commençais à aller plus à l’église. Après 7 mois de don de soi totale, j’ai eu la rencontre avec le Saint-Esprit. Lorsque j’étais prête, j’ai connu Táitila”, se souvient-il

Il se sont mariés 4 mois plus tard. Après le mariage, ils ont unis leurs forces et ont réussi à élargir leurs affaires.  “Dieu m’a confirmé qu’il était temps que j’ouvre mon propre business. J’ai ouvert main des sociétés, j’ai acheté des immeubles et j’ai investi dans notre supermarché, c’était environs”, raconte Vanderlei. “J’ai appris à  administrer et à gérer les personnes. Aujourd’hui, je m’occupe de la partie administrative du supermarché”, détail Táitila

Le nouveau supermarché de la famille a été ouvert il y a 8 mois,  a 70 employés et, d’après le couple, c’est le plus grand de Santo Antônio do Descoberto, en Goiás, une ville qui se trouve à 160 kilomètre de Brasília. “J’ai toujours eu confiance en Dieu et j’avais la certitude qu’IL m’honorerai. Aujourd’hui, je peux aider ma famille et nous avons une vie bénie en tout”, conclu Táitila.

Source: Universal.org

 

Laissez un commentaire

Ou remplissez le formulaire ci-dessous.


Votre adresse e-mail ne sera pas publié. Champs obligatoires*